Ida Grinspan

Nous avons la tristesse d’annoncer la disparition de notre camarade et amie
IDA GRINSPAN.
Très grande figure du témoignage sur Auschwitz, inlassablement, elle a semé des graines de tolérance et d’amitié, des dizaines de milliers d’élèves s’en souviennent.

Ida Grinspan – 2006

Voir ses témoignages :
http://memoiresdesdeportations.org/fr/personne/grinspan-ida

Témoignage du 12 mars 2015 devant les élèves du collège Thomas Mann :
https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_1085711/ida-grinspan-une-enfant-de-la-shoah

 

Livre de Condoléances :

 

Vous pouvez, ci-dessous, formuler un message à l’adresse de sa famille et de ses camarades.

Votre message

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
32 messages.
Vieuille de Ourouër-les-Bourdelins a écrit le 30 septembre 2018 à 8 h 54 min:
Je suis allée en voyage en Pologne avec Mme Grinspan entre autre en 2008. Je suis professeure des écoles dans le Cher. Je me souviens d'une de ses phrases. Lorsque je lui ai demandé si il y avait une chose importante que l'on devait retenir de tout ça et transmettre à nos élèves, elle m'a répondu : ce ne sont pas des monstres qui ont fait cela, ce sont des hommes. Je vous adresse toutes mes condoléances.
Mathieu Moser de Mulhouse a écrit le 29 septembre 2018 à 8 h 30 min:
Une grande dame nous a quitté mais ses témoignages restent dans nos mémoires et celles de nos élèves. Mme Ida GRINSPAN a non seulement touché de nombreux élèves par ses témoignages, mais aussi de nombreux adultes. J'ai eu la chance de l'accompagner au cours d'un voyage de mémoire en Pologne avec quarante enseignants, et je me souviens encore de ses paroles émouvantes et pleines d'énergie.
Belabbas Fatiha de Brive La Gaillarde a écrit le 28 septembre 2018 à 20 h 49 min:
Une grande dame vient de nous quitter, nous laissant des témoignages poignants que nous devons transmettre encore et encore pour que l'horreur ne survienne plus. Reposez en paix Mme Grinspan.
Forchy AM de rouen a écrit le 28 septembre 2018 à 18 h 57 min:
Merci à Ida Grinspan pour son témoignage, qui a été diffusé au mois de février dernier dans mon établissement. Je la connaissais depuis longtemps grâce à son livre " J'ai pas pleuré" et à ses nombreuses interventions. Reposez en paix , Ida. Vous l 'avez bien mérité...
LEBRETON Fabrice de Hennebont a écrit le 28 septembre 2018 à 17 h 56 min:
C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai appris le décès d'Ida. Je souhaite, tout d'abord, témoigner ma sympathie à sa famille et à ses proches. En tant qu'enseignant en histoire au Collège de la Rivière (ETEL, Morbihan), j'ai eu l'occasion d'organiser, à plusieurs reprises, une rencontre entre Ida et nos élèves de 3ème. J'ai aussi pu l'accompagner en Pologne lors d'un voyage d'études organisé par l'UDA. Son témoignage nous a tous bouleversés. Ida n'avait de cesse de témoigner pour que le drame qu'elle a vécu, les souffrances qu'elle a endurées soient connus de tous et enseignés aux enfants qui n'ont pas connu ces heures sombres de notre histoire. Comme beaucoup de déportés, victimes de la folie meurtrière nazie et de l'antisémitisme de Vichy, elle oeuvrait aussi pour que, nous, enseignants, soyons des " passeurs de mémoires". Ne la décevons pas. Prendre son relais s'impose. Et c'est là, l'un des plus bel hommage que nous puissions lui rendre. Au revoir Ida.
Josiane Ruhaud de La Rochelle a écrit le 28 septembre 2018 à 16 h 21 min:
Chers amis, Nous apprenons avec tristesse la disparition d'Ida Grinspan que nous avions souvent reçue au collège Françoise Dolto de La Jarrie (17). Plusieurs de mes collègues et moi-même l'avions suivie lors de voyages à Auschwitz. Nous saluons son courage, sa force pour témoigner, sa capacité à entrer en contact avec les jeunes. Nous nous souviendrons aussi de grands moments d'amitié et d'humanité passés en sa compagnie.
Pélissié Denis de Graulhet a écrit le 28 septembre 2018 à 15 h 32 min:
Ida Grinspan vient de s'en aller, rejoignant ses camarades de déportation, de souffrance. Chaque disparition d'un-e victime de la Shoah est une page d'un livre qu'on arrache; ainsi cette tragédie entre-t-elle peu à peu dans l'histoire... Il y a entre la mémoire et l'histoire la chair et l'âme des individus, celles et ceux qui ont été les témoins directs, les survivants d'un drame indépassable. Ces hommes et ces femmes, par leur combat contre l'anéantissement, contre les assassins de la mémoire, les négationnistes, ont permis aux cendres des crématoires de Treblinka, Sobibor, Aushwitz de reprendre forme et vie et de donner ainsi à voir au monde ce que fut l'extermination des Juifs d'Europe, ce que fut le dessein des criminels nazis. Dans notre monde secoué par la folie du terrorisme aveugle, par le fanatisme, dans notre vieille Europe traversée par les doutes, et où la bête immonde ressort de sa tanière pour répandre à nouveau la haine, la violence, l'antisémitisme et le racisme, Ida Grinspan et ses camarades de douleur (et je pense à cet instant à Simone Veil et plus récemment à Marceline Loridan-Ivens) ont constitué, par leur inlassable engagement, leur action dans les collèges et les lycées de France, des passeurs de mémoire pour que l'esprit de tolérance, la solidarité l'emportent sur les discours des extrémistes, de toutes celles et ceux qui sont amnésiques et veulent nous jeter à nouveau vers des aventures sans lendemain. Oui, merci à Ida Grinspan. Reposez en paix Madame, que vos mots, vos paroles continuent à servir les passeurs de mémoire que nous sommes pour ne pas oublier, pour empêcher que le monde ne bascule à nouveau dans la folie.
BLANCHARD Hélène de Meymac a écrit le 28 septembre 2018 à 12 h 18 min:
Tristesse de voir disparaitre cette grande dame que j'ai connue lors d'un voyage d'étude à Auschwitz, avec d'autres témoins. Des témoignages poignants mais toujours empreints d'humanité et qui nous font voir autrement ce qu'on pensait pourtant bien connaitre par notre enseignement. J'ai eu ensuite la chance qu'elle vienne témoigner dans mon établissement, je l'ai accueillie chez moi et j'ai eu l'impression de recevoir un membre de ma famille. Elle était chaleureuse, attachante, dynamique, profondément attachée à sa "mission" de témoigner et de transmettre des valeurs de tolérance, de respect, d'humanité. Je fais lire son livre à mes élèves, et j'utilise les témoignages de "Mémoire demain" qui leur permettent de mettre un visage sur son nom (ainsi que ceux d'autres témoins, ce sont toujours des séances qui accrochent beaucoup les jeunes). J'adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses amis de l'UDP, frères et sœurs "de misère".
Stucchi Delphine de PARIS 13 a écrit le 28 septembre 2018 à 10 h 54 min:
C'est avec tristesse que j'ai appris le décès de Mme Ida GRINSPAN. Je n'ai pas eu l'occasion de la rencontrer mais je sais à quel point elle était investie dans ce devoir de mémoire auprès de tous et de nos jeunes... Au revoir Madame... A sa famille, mes sincères condoléances...
Romain MARTIGNOLES de Trilla (66) a écrit le 28 septembre 2018 à 10 h 38 min:
C'est avec tristesse que j'apprends le décès de Mme Ida GRINSPAN. J'avais eu l'occasion de la côtoyer et surtout de l'écouter partager sa mémoire de la Shoah à l'occasion d'un voyage d'étude à destination des enseignants organisé en 2010 par l'UDA. Ida avait une façon bien à elle de partager sa douloureuse expérience : partage riche, instructif, toujours teinté d'espoir, voire d' "espièglerie". Au revoir Ida, à vos proches, mes bien sincères condoléances.