Ida Grinspan

Nous avons la tristesse d’annoncer la disparition de notre camarade et amie
IDA GRINSPAN.
Très grande figure du témoignage sur Auschwitz, inlassablement, elle a semé des graines de tolérance et d’amitié, des dizaines de milliers d’élèves s’en souviennent.

Ida Grinspan – 2006

Voir ses témoignages :
http://memoiresdesdeportations.org/fr/personne/grinspan-ida

Témoignage du 12 mars 2015 devant les élèves du collège Thomas Mann :
https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_1085711/ida-grinspan-une-enfant-de-la-shoah

 

Livre de Condoléances :

 

Vous pouvez, ci-dessous, formuler un message à l’adresse de sa famille et de ses camarades.

Votre message

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
32 messages.
EGRETAUD Virginie de THOUARS a écrit le 14 octobre 2018 à 15 h 50 min:
Tristesse, émotion et respect pour une grande Dame ! Ida a transmis inlassablement pendant une dizaine d'années son témoignage auprès des collégiens et lycéens du Thouarsais : par la force de son récit, son humanisme et son humour (ah, les repas partagés avec Ida lorsqu'elle séjournait pendant 3 jours à Thouars ! ) , elle a ainsi profondément marqué des générations d'élèves mais aussi toute la communauté éducative. "Si vous rentrez, il faudra leur dire. Ils ne vous croiront pas, mais il faudra leur dire. Aujourd'hui. Demain." On continue, Ida... on leur dira...aujourd'hui et demain ! Le Collège Marie de La Tour d'Auvergne s'associe à la douleur de ses compagnons, de ses proches de sa famille.
Cindy BEAUMON de Saint Pierre d'Oléron a écrit le 13 octobre 2018 à 12 h 59 min:
C'est avec tristesse que j'ai appris le décès d'Ida Grinspan. Une très grande dame que je n'oublierai pas. Je l'ai rencontré lors d'un témoignage devant des élèves de 3è lorsque j'enseignais au collège de Matha. Mes souvenirs d'elle : beaucoup de naturel et de sincérité. Merci Ida.
Marc Bergeron a écrit le 12 octobre 2018 à 13 h 41 min:
Madame, monsieur, c'est avec la plus grande tristesse que je viens d'apprendre le décès d'Ida. J'ai eu la chance de la côtoyer lors d'un voyage d'étude organisé en 2011 par l'UDA où nous, enseignants du secondaire et majoritairement Bretons, avons pu échanger pendant 4 jours avec Jules Faizang et Ida. Je garde d'Ida le souvenir ému d'une femme forte et fière qui irradiait de tendresse. J'adresse à tous ses compagnons et proches mes plus sincères condoléances.
SAMUEL Frédéric de La Rochelle a écrit le 11 octobre 2018 à 21 h 34 min:
Charmante Ida avec qui j'ai cheminé entre les baraquements du camp et qui m'a aidé dans une quête à laquelle je ne m'attendais pas. J'entends encore ta voix, reflet chantant de ton amour à la fois pudique et immodéré de l'humanité. En ta présence j'ai fait plus que retrouver les miens... Merci pour mes enfants Ida.
Naury alain de Rouillac a écrit le 11 octobre 2018 à 19 h 28 min:
Profondément attristé d'apprendre cette terrible nouvelle, je vous présente mes plus sincères condoléances. Ida Grinspan incarnait la joie de vivre en dépit de tout. Ses souvenirs étaient si vivants, précis. C'était une grande dame qui nous manque déjà à tous. Respectueusement à vous.
Tempéreau Loïc de Poitiers a écrit le 11 octobre 2018 à 15 h 20 min:
Merci à toi mon amie. Je ne peux que continuer à diffuser ton message et ta mémoire. Où que tu sois, je t'embrasse.
Morillon Laurent de Bressuire a écrit le 10 octobre 2018 à 17 h 33 min:
C’est avec douleur et tristesse que nous avons appris le décès d’Ida Grinspan. Habituée du Nord Deux-Sèvres, elle a témoigné sans relâche, toujours avec gentillesse, bonté et sincérité de son histoire. Elle a rendu la déportation compréhensible pour de nombreuses personnes, élèves autant que professeurs. Enseigner la Shoah ne sera plus jamais pareil… Le cabinet d’Histoire-Géographie du lycée Maurice Genevoix de Bressuire s’associe à la douleur de ses proches et de sa famille. Mesdames Bricault, Sené, Caron, Messieurs Ould-Yahoui, Baudon, Baufreton, Perreon, Jacques, Morillon, Tronchet
Brasseur Florence de Saint Omer a écrit le 10 octobre 2018 à 17 h 12 min:
J'ai fait la connaissance d'Ida au lycée quand elle est venue témoigner il y a 20 ans déjà. Elle m'a incité à participer à un voyage de l'UDA à Auschwitz accompagné aussi par Raphaël Esrail. Depuis je transmets avec force et émotion leur message aux élèves chaque année. Ida est devenue au fil des années, une amie proche, et sa disparition a touché toute ma famille . Il est important pour moi aujourd'hui de partager la douleur de ses amis et de sa fille dont elle nous parlait si souvent.
Brasseur Florence de Saint Omer a écrit le 10 octobre 2018 à 16 h 50 min:
Ida est venue témoigner au lycée Ribot de St Omer en mai 1998 la première fois. Elle a crée une émotion inoubliable chez les élèves et les enseignants. La déportation à Auschwitz, est devenue une réalité pour nous tous. Elle a accepté de revenir jusqu'en 2016, témoigner de l'insoutenable devant plus de 4000 élèves. Elle nous a donné de formidables leçons de courage et de vie, toujours rayonnante et résolue à défendre la tolérance, et les valeurs de la démocratie française. Elle est devenue, une amie, un membre de la famille, elle nous manque déjà, nous entretiendrons son souvenir et continuerons à transmettre son message. Les enseignants du lycée Ribot de St Omer qui ont réécouté son témoignage enregistré et organisé une cérémonie en sa mémoire dans la salle qui porte son nom le vendredi 28 septembre avec toujours beaucoup d'émotion.
Le Borgn' Isabelle de Vannes a écrit le 10 octobre 2018 à 14 h 22 min:
Ma première rencontre avec Ida remonte à un voyage en Pologne organisé par l'UDA il y a une dizaine d'années. C'est elle et Jules Fainzang qui nous ont guidé dans Birkenau. Dans le bus qui nous ramenait, bouleversés et anéantis, vers Cracovie, c'est Ida qui par son humour nous a redonné le sourire. Enseigner la Shoah ne serait plus jamais pareil. Suivirent les temps, inoubliables, de son témoignage devant mes élèves. La sachant de passage à Lorient pour une intervention, je souviens y avoir conduit mon fils. Son témoignage était si fort et nécessaire à écouter. Merci à Ida de nous avoir confié son histoire. A moi, à nous, désormais de prolonger son combat contre la haine et entretenir le souvenir de la Shoah. Isabelle