L’Union des Déportés d’Auschwitz (UDA),

forte de 900 adhérents (anciens déportés, familles et amis) regroupe depuis mai 2004, sous l’égide de l’Amicale des Déportés d’Auschwitz et des Camps de Haute Silésie (créée en 1945) : l’Amicale des Anciens Déportés Juifs de France, l’Association Nationale des Anciens Déportés Juifs et leurs Familles, l’Amicale des Déportés de Blechhammer – Auschwitz III et l’Amicale des Anciens Déportés de Buna – Monowitz Auschwitz III et ses Kommandos.

En parallèle de ses activités de solidarité et de celles pour l’édification de la mémoire du génocide menées depuis 1945, depuis trois décennies, l’Union des Déportés d’Auschwitz développe également des actions didactiques. Après avoir organisé des voyages d’étude en Pologne pour les enseignants et scolaires, elle continue aujourd’hui de maintenir une activité autour des témoignages (notamment, organisation de la venue de témoins en classe, enregistrement de témoins, élaboration de supports didactiques à partir de témoignages, aide à la réalisation de travaux de scolaires et d’étudiants).
Parmi ses préoccupations et chantiers, figurent également le présent et le futur mémoriel et muséographique des camps d’Auschwitz-Birkenau.

Chaque trimestre, depuis juin 1945, elle publie le bulletin de liaison, Après Auschwitz.

                                 Bulletin n°1 Juin 1945    Bulletins anniversaires


Votre nom (*)

Votre email (*)

Sujet (*)

Votre message

*Champs Obligatoire

Enseignants vous souhaitez inviter un témoin dans votre classe

L’Union des Déportés d’Auschwitz facilite la venue d’anciens déportés en classe, sur tout le territoire national. Chaque année, plus de 20 000 élèves peuvent ainsi entendre le récit d’un.e survivant.e.
Enseignants, si vous souhaitez organiser la venue d’un témoin dans votre établissement, nous vous remercions de nous transmettre de premières informations en utilisant le formulaire ci-dessous.

Votre Etablissement scolaire (*)

Votre nom (*)

Votre email (*)

Votre message

*Champs Obligatoire

 

Dvd Rom
Shoah Mémoire Demain

jaquette.qxdPorteurs d’une mémoire commune de la Shoah et d’expériences partagées, d’anciens rescapés d’Auschwitz et de Birkenau sont revenus sur le principal camp d’extermination et de concentration créé par les Nazis. Avant que ne s’éteigne leur voix, ils ont voulu offrir leur mémoire pour éclairer ces lieux où leurs parents et amis furent anéantis.

Mémoire Demain présente 219 séquences de témoignage d’une durée totale de 8 heures. Pensé comme un dispositif nomade, des images de synthèse réalisées à partir de documents historiques et l’état actuel du bâti, représentent les camps à la fin de l’année 1944 et l’une des chambres à gaz-crématoire de Birkenau. Le projet propose des informations et des documents historiques (photographies et textes) ainsi qu’un espace de travail à vocation pédagogique.

Mémoire Demain est un projet de l’Union des Déportés d’Auschwitz-France, réalisé avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la ville de Paris

Dvd en version Française disponible aux éditions Hatier
Prix : 30.40 € Euros

Lien : http://www.enseignants.editions-hatier.fr

Les Dvd en versions anglaise et allemande sont disponibles sur commande

MemoryTomorrowWeb ErinnerungMorgenJ

 

 

 

 

 

 

 
Telechargez et retournez nous le bulletin de commande

– Pour la version anglaise :

Bon de Commande Anglais

-Pour la version allemande :

Bon de Commande Allemand

 

Livres de l’UDA

Une Française Juive est revenue

Une française juive est revenue - Suzanne Birbaum

L’auteur de ce document exceptionnel possédait, avant et pendant la guerre, un magasin de couture à Paris, rue de Chazelle.

Des miliciens vinrent l’arrêter en janvier 1944 uniquement parce qu’elle était juive

A son retour de déportation, Madame Suzanne Birnbaum a tenu à raconter son histoire avec simplicité pour qu’on sache de quoi avaient été capables ceux qui avaient adhéré aux thèses Nationales-Socialistes.

Son manuscrit a été signé à Digne le 15 octobre 1945 et une de ses amies, Madame Fernande Goetschel, déportée elle-même, commerçante à Limoges, l’a fait imprimer en un nombre très réduit d’exemplaires.

Les « Editions du Livre Français », 15, rue Linné à Paris, ont assuré l’impression du document au premier semestre de l’année 1946.

Madame Suzanne Birnbaum a assisté et aurait pu être vic­time elle-même de la « sélection » du 27 avril 1944. Le récit de cet événement par un témoin oculaire est d’une importance capitale, c’est pourquoi ce témoignage doit absolument être transmis pour servir l’Histoire.

Ce document est réédité aujourd’hui avec l’amicale per­mission de Monsieur René Colin, mari de Madame Suzanne Birnbaum, laquelle, hélas, nous a quittés en 1975.

Ce témoignage écrit en 1945 est destiné à la jeunesse, car c’est la connaissance du passé qui permet de regarder le présent avec lucidité, et d’envisager l’avenir avec détermination.

Répétons à nouveau ce qu’on pouvait lire il y a vingt ans dans « L’impossible oubli » ;

« Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts « dans l’univers concentrationnaire.

« Les déportés ont connu la plus fantastique entreprise de dés-« humanisation et d’extermination de l’Histoire. « Le devoir des survivants est de témoigner pour que ceux qui « n’ont pas vécu cette tragédie,

« soient avertis, « la méditent, « et prennent garde. « Si l’écho de leurs voix faiblit, nous périrons. »

André CHIPOT,

Déporté Résistant.

André ROGERIE,

Déporté Résistant.

 

Une vie de Juif

 
Une vie de Juif - Edward Reicher

Dans ce témoignage exceptionnel, le crime et l’horreur reculent (parfois) devant le désir de survivre et des efforts humains gran­dioses de charité et d’intelligence.

« On lit d’une traite le récit haletant de ce drame que l’auteur et sa jeune famille ont vécu, d’abord au ghetto de Lodz, puis à celui de Varsovie (…). L’auteur a su nous restituer le sens d’une expérience historique d’une valeur à la fois documentaire et exemplaire (…). On y apprend mieux que dans maint livre d’histoire ce que fut la vie en Pologne entre 1939 e( 1945 et quel prix ont dû payer les rares Juifs de Pologne qui ont réussi à survivre » (Pierre Toubert, Les livres. Bulletin de l’Ecole Normale Supérieure, juin 1991).

L’auteur, Edward Reicher, né à Lodz en 1900, mort en 1975, était dermatologue et vénérologue. Ayant soigné des chefs nazis au ghetto de Varsovie, il fut, en 1961, témoin d’accusation contre Hermann Hôfle qui prétendit n’avoir jamais donné d’ordres de mise à mort dans le ghetto.


Vivre c’est vaincre

 
Vivre c'est vaincre - André Rogerie

L’auteur avait 21 ans quand il a été arrêté par la gestapo, le 3 juillet 1943, au moment où il tentait de rejoindre les troupes d’Afrique du Nord en passant par la frontière espagnole.

Il a été interné successivement :

– à la prison de Dax,

– dans les caves de la Gestapo à Biarritz,

– à la citadelle de Bayonne,

– au fort du Hâ à Bordeaux,

– au camp de Royallieu à Compiègne

Il a été déporté dans les camps de concentration de :

– Buchenwald (près de Weimar),

– Dora (dans le Harz),

– Maïdanek (à Lublin),

– Auschwitz-Birkenau (en Haute Silésie),

– Gross-Rosen (en Haute Silésie),

– Nordhaussen (dans le Harz),

– Dora (à nouveau),

– Harzungen (dans le Harz).

Le récit de ce parcours infernal de deux années a été écrit et imprimé dès son retour en 1945.

Il a assisté à la sélection sur la « rampe » d’Auschwitz.

Il a vu des familles entières entrer dans les fours crématoires.

Ce témoignage revêt à l’heure actuelle une importance capitale.

 



 

Votre nom (*)

Votre email (*)

Votre commande (Titre du livre et nombre d'exemplaire) (*)

*Champs Obligatoire

 

Liens

Partenaires de l’UDA


Fondation pour la Mémoire
de la Shoah

 

 

 

 

 

L’Union des Déportés d’Auschwitz reçoit le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah


Mémorial de la Shoah

Memorial

 

Cercil

Cercil

 

APHG
APHG

 

Cercle d’etude
CercleEtude

Institutions et Fondations


Musée d’Auschwitz

MuséeAuschwitz

 


United States Holocaust Memorial Museum
Ushmm

 


Memorial de l’Holocaust Berlin

MemrorialHolocaustBerlin

 

 

 

 

 

 
Musée Juif de Berlin
MuséeJuifBerlin